Myria poursuit sa mission et maintient ses services habituels, à l’exception des rendez-vous physiques pour le moment. Et ce, depuis le début de cette situation particulière que nous impose le COVID-19. Actuellement, les plaintes sont traitées par téléphone et par mail.

Si les différentes mesures de santé publique ne visent pas spécifiquement les ressortissants étrangers en situation de séjour précaire, elles ont néanmoins des conséquences importantes — dans divers domaines — pour ces personnes également. Dans le cadre de sa mission légale de surveillance des droits fondamentaux des ressortissants étrangers, Myria évalue la situation et son impact sur leur statut juridique. Il est en contact à la fois avec les décideurs politiques et les autorités, ainsi qu’avec les représentants de diverses organisations.

Trois priorités

Myria accorde une attention particulière aux trois thèmes suivants, qu’il considère comme des priorités absolues :

1. Protection internationale et aide matérielle

  • Enregistrement des demandes d'asile ;
  • Accueil des demandeurs d’asile ;
  • Procédure d’asile et traitement des demandes d’asile ;
  • Les réunions de contact sur la protection internationale sont maintenues, grâce à l’échange électronique d’informations.

2. Le droit de vivre en famille

  • Impact de l’impossibilité d’introduire ou de délivrer les demandes de visa sur les délais essentiels (âge de la majorité du demandeur ou de la personne qui fait l’objet du regroupement familial, délai d’un an après l’obtention du statut de protection internationale, etc.) ;
  • Impact des mesures sur les moyens de subsistance, par exemple le chômage (technique) ;
  • Restrictions de voyage qui prolongent la durée de la séparation ; expiration des visas déjà délivrés.

3. La situation des personnes en rétention administrative

  • Conditions de rétention : importance des mesures d’hygiène et de distanciation sociale, infrastructures adaptées, importance du contrôle externe, importance d’un accès effectif et régulier aux services sociaux, accès à l’aide juridique et importance du soutien psychologique ;
  • Alternatives à la rétention ;
  • Précision concernant les exemptions et les possibilités d’accueil après libération ;
  • Problématique de l’impossibilité d’éloignement ;
  • Rétention malgré le manque de garanties sur la possibilité de procéder à l’éloignement dans un délai raisonnable ;
  • Personnes vulnérables en rétention. 

Dans le cadre de sa mission légale d’information sur la nature et l’ampleur des flux migratoires Myria suit également de près l’impact des mesures sur les chiffres de la migration.

Sites internet utiles sur le COVID-19 et la migration :