Publications

Rechercher Publication

Publications

Le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies demande à la Belgique d’accorder une attention urgente aux enfants les plus vulnérables

7 Février 2019
Le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies demande à la Belgique d’accorder une attention urgente aux enfants les plus vulnérables

Le 7 février 2019, le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies a tenu sa 80ième session les 24 et 25 janvier dernier à Genève. Dans ses 55 recommandations adressées à la Belgique, il réclame, notamment, la fin de la détention des enfants migrants, l’inclusion des enfants en situation de handicap dans l’enseignement général et la gratuité effective de l’école. Le Comité s’inquiète, par ailleurs, du niveau élevé de pauvreté infantile marqué par des disparités importantes selon les régions en Belgique.

Myriadoc 8: Retour, détention et éloignement

4 Décembre 2018
Myriadoc 8: Retour, détention et éloignement

Ce rapport regarde la politique belge liée au retour, à la détention et à l’éloignement des étrangers d’un œil critique et présente des chiffres récents. Dans la lignée de son dernier rapport migration, il se penche plus particulièrement sur les questions liées au droit de vivre en famille des personnes en détention. Myria y formule des recommandations visant à améliorer le respect des droits fondamentaux de ces personnes.

Exploitation sexuelle de filles nigérianes mineures par le réseau de Mama Leather: procès en appel (communiqué)

20 Novembre 2018
Exploitation sexuelle de filles nigérianes mineures par le réseau de Mama Leather: procès en appel (communiqué)

Update: procès reporté au 20 février

Le 20 février, la cour d'appel néerlandophone de Bruxelles examine l'affaire Mama Leather, un important dossier de traite des êtres humains d’un réseau de prostitution nigérian international et fortement organisé. Myria espère que les condamnations prononcées en première instance seront confirmées par la cour d’appel.

Début d’un procès sensible de trafic d’êtres humains (communiqué)

7 Novembre 2018
Début d’un procès sensible de trafic d’êtres humains (communiqué)

Dans ce dossier, il est question de 95 victimes de trafic soudanaises et érythréennes, dont dix mineures. Le réseau criminel organisait non seulement des transports clandestins vers le Royaume -Uni via les parkings le long de l’autoroute vers la côte belge, mais aussi des trajets de voyage avec des faux documents vers le Canada.

Myria a décidé de se constituer partie civile, non pas contre tous les prévenus, mais seulement contre ceux dont il est démontré ou fortement plausible, sur base du dossier, qu’ils visaient ou ont obtenu un avantage patrimonial, et qui ont donc pu se rendre coupables de trafic d’êtres humains.