Belgique-Maroc: 50 ans de migration

Le Centre fédéral Migration et le Centre de recherche en démographie et société (DEMO) de l'Université catholique de Louvain (UCL) font le bilan démographique de 50 ans de migration marrocaine en Belgique. Quentin Schoonvaere (UCL) a pour objectif de rendre compte de cette réalité à travers les informations relatives au nombre d’individus, aux flux migratoires, à la fécondité et la mortalité ainsi qu’à la composition des ménages.

En effet, l’histoire migratoire de la Belgique au XXème siècle a été marquée par des flux en provenance de pays frontaliers (France et Pays-Bas) et de pays d’Europe du Sud qui ont par la suite adhéré à l’Union européenne (Italie, Espagne, Portugal, Grèce). A côté de ces pays, on retrouve trois grands pays d’origine qui ont marqué l’histoire migratoire de la Belgique d’après-guerre : le Maroc, la Turquie et la République démocratique du Congo (ci-après Congo). Le point commun entre ces trois courants migratoires est qu’ils ont démarré au début des années 1960. Les migrants originaires de ces trois pays se sont progressivement installés en Belgique et ont donné naissance à des populations ayant chacune leurs propres caractéristiques démographiques.

L’objectif de cette étude est de rendre compte de la réalité démographique de la population issue de la migration marocaine. Nous analyserons successivement les informations relatives au nombre d’individus issus de l’immigration marocaine (stocks), aux flux migratoires, aux mouvements naturels (naissances et décès) ainsi qu’aux compositions des ménages d’origine marocaine. En l’espace d’un peu plus de 20 ans, on estime que la population d’origine marocaine a plus que doublé pour atteindre 429.580 personnes en 2012. Il est donc important d’identifier et de comprendre les évolutions démographiques qu’a connu cette population depuis son arrivée en Belgique.

Après une première étude concernant la migration congolaise (2010) et turque (2013), cette étudie est la troisième d'une série sur les trois principales populations étrangères non-européennes présentes en Belgique.