Rapport annuel traite et trafic des êtres humains 2021 : Visiblement invisible

Fort de ses contributions externes et recommandations, le rapport annuel se penche sur les discussions concernant le nouveau projet de loi de réforme du droit pénal sexuel et ses effets possibles sur la traite des êtres humains. En parallèle, le rapporteur national néerlandais sur la traite des êtres humains et la violence sexuelle contre les enfants expose dans un entretien sa vision de l’approche de la traite des êtres humains aux Pays-Bas.

« Visiblement invisible » ne fait pas seulement référence à l’actuelle zone crépusculaire dans laquelle les victimes de la traite sont actives aux côtés d’autres travailleurs du sexe qui exercent dans un cadre plus sûr. Ce titre s’applique aussi quelque peu au présent rapport, lui-même élaboré dans le flou quant à l’issue du débat actuel sur le droit pénal sexuel.

Si la voie vers une meilleure reconnaissance du travail du sexe est empruntée, de sérieuses inquiétudes subsistent néanmoins quant aux implications possibles pour la lutte contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle, voire pour la lutte contre la traite à des fins d’exploitation économique. Le travail du sexe est très diversifié. Ainsi, le projet de loi en débat soulève des questions non seulement juridiques, mais aussi sur sa mise en œuvre. Avec ce rapport, Myria souhaite contribuer à la réflexion sur ce sujet d’actualité.

Introduction

Partie 3 : Recommandations

Rapport annuel traite et trafic des êtres humains 2021 : Visiblement invisible