13% de moins de visas long séjour ont été accordés dans le cadre du regroupement familial entre 2019 et 2020.

  • En 2020, les 11.839 visas long séjour accordés dans le cadre du regroupement familial représentent 47% de l’ensemble des visas long séjour accordés, tous motifs confondus (25.386 au total).
  • Sur les 11.839 visas délivrés en 2020, environ deux tiers (65%) l’ont été dans le cadre d’un regroupement familial avec un ressortissant de pays tiers (article 10 de la loi des étrangers). Cette proportion a diminué ces dernières années : elle était de 77% en 2017. En plus de ceux-ci, 4.121 visas (35%) ont été accordés dans le cadre de l’article 40 pour un regroupement familial avec un Belge ou un citoyen de l’UE.
  • Alors que le nombre de visas délivrés était en hausse entre 2017 et 2019, une diminution de 13% est observable entre 2019 et 2020, à mettre en lien avec la pandémie Covid-19. Cette évolution à la baisse dépend fortement de la nationalité de la personne ouvrant le droit au regroupement familial puisque le nombre de visas diminue de 18% entre 2019 et 2020 dans le cas des regroupements familiaux avec un ressortissant de pays tiers alors que la diminution n’est que de 2% pour ceux avec un Belge ou un citoyen de l’UE.
  • En 2019, les raisons familiales représentent 35% des premiers titres délivrés à des étrangers nés à l’étranger.
  • Plus de la moitié de ceux-ci (56%) ont été délivrés à des descendants, 38% à des conjoints et 6% à des ascendants.
  • Entre 2018 et 2019, ceux délivrés à des descendants ont augmenté de 15%, ceux délivrés à des conjoints de 11%.

En 2019, 3.752 premiers titres de séjour ont été délivrés à des immigrants au titre du regroupement familial avec un bénéficiaire de protection internationale.

La proportion de premiers titres de séjour délivrés pour motif de regroupement familial s’élève à :

  • 17% des regroupements familiaux de ressortissants de pays tier (3.752 sur 22.476) ;
  • 9% du total de tous les regroupements familiaux (3.753 sur 40.084).